UEM : Interdépendances et coordination des politiques économiques

Publié le par S Arnaudin

L'UEM Dossier révisions: documents + questions (5 pages)

L'UEM Dossier révisions: documents + questions (5 pages)

Publié dans Terminale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

miatti sarafina 20/01/2015 00:01

1)La politique monétaire est menée par la BCE indépendamment des états qui en 1999 ont renoncé leur souveraineté nationale . L'objectif principal de la BCE est la stabilité monétaire c'est-à-dire des prix , de la monnaie et la lutte contre l'inflation . Pour mener à bien sa politique la BCE dispose de plusieurs instruments : le taux directeur qu'il soit faible ou pas de limiter ou accentuer les prêts ; la réserve des comptes qui est un niveau de réserve obligatoire en monnaie que chaque banque doit avoir pour répondre à la demande de monnaie d'un client après un prê

2)Les raisons de la désinflation aujourd'hui sont dues à une absence d'inflation , la concurrence entre entreprises qui essayent d'avoir la meilleure compétitivité prix donc le prix des produit n'augmente pas mais baisse légèrement ensuite notre économie pour produire utilise la division internationale du processus de production qui entraîne la baisse des coûts de production des économies d'échelle et l'augmentation de la compétitivité.


3)Non du fait de l'absence de liaison entre la masse monétaire et l'inflation il lui est donc impossible de prévoir les éventements pour y adapter sa politique . De plus la BCE n'a pas encore la capacité de réaction et d'agir vite qui lui permettrait que dès qu'un problème se manifeste de le stopper de le traiter pour l’arrêter définitivement . De ce fait ses décisions ou mesure sont souvent en décalage à cause du temps entre la décision et l'application .

4)Un politique monétaire restrictif peut amener la croissance économique et le plein emploie seulement à court terme et à long terme en suivant une logique d'inflation perpétuelle . Pour cela il on peut adopter la démarche des keynésiens avec le taux directeur de la BCE faible ainsi que le taux d'intérêt des banques et une monnaie en circulation plus abondante . Dans ce contexte l'investissement sera accentué et va donc entraîner la croissance économique puis le plein-emploi . Mais ce n'est qu'une illusion basée sur une inflation perpétuelle .

5)Les limites sont la lutte contre l'inflation qui aura un impacte négative sur la croissance et une politique de rigueur poussée peut amener à la récession .

6)La BCE en maintient un euro fort par rapport aux autres monnaies cela ruine le commerce extérieur des entreprises françaises car quand une entreprise française veut vendre un produit à l’extérieur un acheteur japonais va devoir échanger beaucoup de yuan pour avoir équivalent un euro qu'une voiture américaine va lui revenir à moins chère car le dollar est plus faible que l’euro . Donc si l’euro reste une monnaie forte elle sera toujours déficitaire dans sont commerce extérieure .

7)La politique budgétaire se réalise à partir des recette et/ou des dépenses de l’État .
Il existe deux type de politique budgétaire de relance ou de rigueur
de relance soutenue par Keynésiens elle a pour objective l'augmentation des investissement public pour avoir de la croissance économique et la baisse de chômage pour cela l’État va augmenter ses dépenses publique et réduire ses recettes par exemple baissé les impôt et investir pour les entreprise . Cependant cela va creuser son déficit et sa dette public
de rigueur qui a pour but de réduire sont déficit et sa dette pour cella elle va augmenté ses recette et réduire ses dépenses .

8) Le pacte de stabilité et de croissance a pour conséquence de réduire l'autonomie des États en ce qui concerne leur politique budgétaire car leur budget doit suivre les critères de convergence et si ce n'est pas le cas doit revoir le budget pour qu'il s'y conforme . La politique budgétaire est donc bridée et n'est plus libre elle est dans l'optique d'une coordination des politiques de l'UEM .

9) Cela veut dire qu'ils ont mis en place une politique qui suit à la lettre les critères de convergence du traité de Maastricht qui est représenté par le modèle Allemand . Cependant le risque est une fragilisation voire une aggravation de la situation économique de certains États comme la Grèce ou la France car tous nos pas la situation économique que l'Allemagne . Donc une politique de rigueur basée sur le modèle Allemand risque de nuire ou autres États .

S Arnaudin 04/02/2015 03:49

Question 2 "les raisons de la déflation sont dues à une absence d’inflation" à corriger Déflation = ?
Question 8 pacte de stabilité et de croissance = pacte budgétaire depuis 2012
Question 9 : n'oubliez pas les conséquences sociales particulièrement grave : chômage des jeunes de + de 50%, baisse de pouvoir d'achat de 40% en Grèce depuis 2008.
Bon travail sur un sujet complexe.
Attention à l'orthographe, relisez.