L'accès au livre selon les milieux sociaux doc + questions

Publié le par S Arnaudin

Doc 1 Lecture d'un livre selon la catégorie socioprofessionnelle (en %)°

Combien de livres lus environ au cours des douze derniers mois?

2012

Au moins un livre

dont :
Un livre par mois ou plus

dont :
Moins d'un livre par mois

Aucun livre

Agriculteurs exploitants

28

5

23

72

Artisans, commerçants, chefs d'entreprise

49

10

39

51

Cadres et professions intellectuelles supérieures

80

29

52

20

Professions intermédiaires

69

18

51

31

Employés

60

12

48

40

Ouvriers (y compris ouvriers agricoles)

31

4

27

69

Retraités

55

18

37

45

Autres inactifs

57

15

42

43

Ensemble

57

15

41

43

Rapport Cadres / Ouvriers

2,61

6,68

1,95

0,29

NB : la somme ne correspond pas toujours en raison des arrondis.

Note : Ces indicateurs appartiennent à la liste des indicateurs préconisés par le rapport "Niveaux de vie et inégalités sociales" du CNIS. Ceux en gras sont des indicateurs dits "indicateurs de base".

Lecture : En 2012, 31% des ouvriers ont lu au moins un livre au cours des douze derniers mois.

Champ : France métropolitaine, individus âgés de 16 ans ou plus.

Source : Insee, SRCV-SILC 2012

Doc 2

Dans une grande partie des milieux populaires, le livre n’est pas présent, alors qu’il l’est souvent naturellement dans les milieux favorisés. Mais il y a « livre » et « livre » : selon le ministère de la Culture, qui a une conception plus large en incluant notamment les bandes dessinées et les livres pratiques, 42 % des ouvriers n’ont pas lu de livres en 2008, contre 8 % des cadres.

En matière d’évolution, les différentes enquêtes donnent des résultats contradictoires. Selon le ministère de la Culture, les inégalités en matière de lecture de livres se sont accrues entre les milieux sociaux dans les années 2000. La part des gros lecteurs chez les cadres (plus de 10 livres lus par an) a baissé entre 1997 et 2008 (de 68 % à 57 %), mais celle des non lecteurs n’a quasiment pas évolué : de 7 à 8 % sur la période. Dans les ménages dont le chef de famille est ouvrier , la proportion de personnes n’ayant pas lu de livres est passée de 34 à 42 %.

En revanche, selon l’Insee, la part d’ouvriers non lecteurs est restée stable à 69 % entre 1999 et 2012 et que celle des cadres a progressé de 15 à 20 %. La lecture de livres « traditionnels » (hors BD et livres pratiques) diminue donc aussi chez les cadres et stagne à un niveau élevé chez les ouvriers : les écarts se réduisent.

Les différences de résultats entre les deux enquêtes s’expliquent en partie par les dates auxquelles elles ont été menées et surtout par la définition adoptée de ce que l’on considère être un livre, qui n’est pas semblable pour les deux sources. L’exemple de la lecture de livre illustre l’importance de la maîtrise des définitions utilisées. Quoi qu’il en soit, les écarts sont énormes entre milieux sociaux. En 2012, la part de non lecteurs de livres est près de 3,5 fois plus élevée chez les ouvriers que chez les cadres selon l’Insee.

Enfin, l’inégal accès au livre ne doit pas être confondu avec la lecture dans son ensemble : de l’Internet à la messagerie électronique, en passant par la presse ou les bandes dessinées, la lecture prend des formes très diverses. Le livre reste l’une des formes de la transmission des inégalités dans une société où l’écrit n’a pas cédé la place à l’image et à la télévision dans l’accès au savoir. Outre qu’elle permet d’enrichir son vocabulaire et de renforcer sa maîtrise de l’écrit, la lecture de livres donne accès à la culture des milieux favorisés. Elle reste un puissant facteur de distinction sociale.

Source : observatoire des inégalités.fr, 27/11/2014

Questions

  1. Montrez à l’aide des données chiffrées qu’il existe des inégalités d’accès au livre entre les milieux sociaux en France en 2012.
  2. Pour quelles raisons l’accès au livre est-il un puissant facteur de distinction sociale ?
  3. Montrez que les inégalités économiques ne sont pas les seuls obstacles à la mobilité sociale.

Publié dans Pour s'entraîner

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article