Une étude du Centre d'Observation de la Société sur l'évolution de la mobilité sociale

Publié le par S Arnaudin

Lecture et Exercice Etude de document. Article paru le 17/08/2017

Publié dans Pour s'entraîner

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Touré Marina 03/05/2018 12:07

Le Centre d’observation de la société reprend ici un diagramme en bâton de l’Institut National des Statistiques et des Etudes Economiques qui intéresse l’évolution de la mobilité sociale en France sur la période 1977-2012.
Ce diagramme regroupe 2 constituante de la mobilité totale, la mobilité nette qui correspond à la mobilité observée et la mobilité structurelle qui désigne la mobilité du au transformations de la structure socio professionnelle.
Cette étude de la mobilité sociale est donnée en pourcentage à partir des calculs de l’enquête emploi de 2012, et étudie les hommes de 40-59 ans.
Nous chercherons à étudier l’évolution de la mobilité sociale en France durant cette période.

On peut d’abord constater une augmentation lente sur la totalité de la période de la mobilité sociale on passe de 57% à 64% soit une augmentation de près de 12%.
Cependant en étudiant cette évolution on remarque que le début de la période est caractérisé par une augmentation rapide, ensuite une stagnation puis un ralentissement de l’augmentation ainsi qu’une petite baisse en fin de période
De plus, il est intéressant de remarquer que la part de la mobilité nette dans cette évolution correspond à la part la plus importante de la mobilité totale, 37% en début de période et 43% en fin de période, bien qu’elle connaisse évolution irrégulière, elle représente près du deux tiers de la mobilité en France.
La mobilité structurelle bien qui correspond elle à près d’un tiers de cette mobilité connaît une augmentation plutôt rapide sur presque toute la période avant de connaître une baisse de cette augmentation en fin de période.

De manière plus précise on peut observer sur ce diagramme 2 période de 1977 – 1993 puis de 1993 à la fin de la période
On constate d’abord que la mobilité connaît une rapide augmentation sur le début de cette période, de 57% en 1977 à 65% en 1993 soit près d’un dixième de plus. On remarque donc une forte mobilité ascendante.
De plus en décomposant l’évolution cette mobilité on constate que la mobilité nette, ou observée occupe la part la plus importante et connaît une augmentation constante. Elle passe de 37% à 43%, soit près d’1/3 de plus.
On remarque de plus une augmentation de la mobilité structurelle, tout au long de cette première période elle garde une augmentation de 2 points de pourcentage.

Cependant il est intéressant de remarquer que durant la deuxième période (1993- 2012) se fait un inversement de cette dynamique de la mobilité sociale.
En effet on peut constater que l’année 2003 met en avant un subtil changement dans l’évolution de la mobilité sociale.
La mobilité nette qui jusqu'à présent connaissait une augmentation constante, connaît une diminution, bien qu’elle occupe toujours la part la plus importante de la mobilité sociale.
En revanche la mobilité structurelle connaît elle une augmentation assez rapide, en fin de la première période elle était de 22% et en 2003 elle connaît une augmentation de 3 points de pourcentage, 25%. On constate un renversement de ce qui avait toujours était courant durant toute la première période.
De ces différentes évolutions des constituantes de la mobilité sociale, on remarque donc que celle ci connaît une importante augmentation elle est de 65% en 2003 ce qui correspond à presque un tiers de plus que en 1977.
Bien que cette augmentation connaît une légère baisse en fin de période, elle reste quand même importante par rapport au début de la période.

En conclusion nous pouvons donc dire que l’on remarque une augmentation importante de la mobilité sociale. On peut la caractériser de mobilité ascendante, avec une augmentation constante.
Cependant on peut remarquer que bien que la mobilité que l’on ne peut expliquer par un changement de la structure socio professionnelle garde tout au long de la période la part la plus importante dans l’évolution cette mobilité, la mobilité structurelle connaît une augmentation importante.

S Arnaudin 10/05/2018 16:22

Quelques éléments de correction
1. Présentation du document :
Il est préférable de définir la Mobilité sociale.
Précisez qu'il y a cinq années dans ce graphique correspondant aux enquêtes de mobilité
Que l'objet d'étude c'est aussi les facteurs de la mobilité sociale
2. Développement :
Bien pour la structure et la méthode de ce point de vue semble assimilée. c'est bien.
quelques remarques :
- Revoir le calcul et le résultat 12 % et les calculs en général
- Lorsque vous évoquez les tendances : il ne s'agit pas de mobilité qui augmente ou non mais de part. Exemple "On remarque de plus une augmentation de la mobilité structurelle, tout au long de cette première période elle garde une augmentation de 2 points de pourcentage", préférez : la part de la mobilité structurelle/liée aux changements de la structure sociale et des emplois notamment, augmente de 2 pts de % puis ...
- "Cependant en étudiant cette évolution on remarque que le début de la période est caractérisé par une augmentation rapide, ensuite une stagnation puis un ralentissement de l’augmentation ainsi qu’une petite baisse en fin de période" à enlever vous étudier cela paragraphe suivant.
- "La mobilité structurelle bien qui correspond elle à près d’un tiers", corrigez la phrase incorrecte et l'évaluation par le 1/3 mais le quart
- Ce graphique vous permet-il de juger de la mobilité ascendante ? cf votre phrase "On remarque donc une forte mobilité ascendante"
3. Conclusion
- En conclusion nous pouvons donc, Choisissez : conclusion ou donc, les deux sont redondants.
- il ne s'agit pas des trajectoires sociales (ascendantes ou non ici) mais de facteurs de la mobilité sociale donc revoir votre conclusion.
- Oui pour la dernière phrase de conclusion

Merci pour ce travail !